Grüner Baum – L’arbre vert

Pourquoi ce projet ?

Il n’existait pas encore d’institut offrant des possibilités de retraite comparables et une orientation similaire en termes de contenu, et la grande résonance montre à quel point ce projet semble important pour beaucoup. De nombreuses personnes souhaitent être soutenues dans leur indépendance spirituelle et connaître l’enseignement bouddhiste en profondeur et au-delà des traditions. La combinaison particulière au sein d’Ekayana de profondeur et de légèreté, de responsabilité personnelle et de dévotion, de pratique individuelle et de vie de groupe, de dharma et d’écologie, en interpelle beaucoup. Cette offre semble avoir un effet vivifiant sur le développement d’un bouddhisme contemporain.

Heureusement, les jeunes sont de la partie ; une “retraite sans clôtures” correspond à leur esprit. Ici, ils sont vraiment soutenus dans leur autonomie spirituelle. C’est possible si aucun intérêt institutionnel ne s’en mêle. C’est pourquoi nous ne fondons pas une nouvelle tradition ou une nouvelle lignée, mais nous restons ouverts à différentes approches, nous sommes bien ancrés dans la pratique du dharma et nous offrons un lieu ouvert à différents styles de pratique, avec beaucoup d’échanges, de nature et tout ce dont le cœur a besoin.

Afin de préserver notre indépendance, le projet est conçu de manière à ce que nous puissions nous en sortir financièrement même en cas d’occupation partielle. Mais étonnamment, nous sommes presque toujours complets depuis le début.

Bien que jeunes et vieux se mélangent chez nous, nous ne sommes pas un projet de logement à la mode pour les seniors. Et même si notre maison réunit de nombreuses compétences thérapeutiques, nous ne sommes pas une communauté thérapeutique, donc pas un lieu de refuge pour les personnes en quête d’aide. Nous sommes un lieu de pratique intensive – et cela ne concerne que les personnes relativement stables. Les psychothérapeutes qui vivent dans la maison sont là pour leur propre processus intérieur et ne proposent pas de soins professionnels.

Rétrospective historique

Dans les années qui ont précédé l’Arbre vert (donc avant 2016), Tilmann Lhündrup a été régulièrement interrogé sur les possibilités de faire des retraites de plusieurs années. Mais près de chez lui, sur le Schauinsland au-dessus de Fribourg, il n’y avait que peu d’appartements à louer à long terme. La recherche a donc commencé début 2014. En étendant la recherche à des régions plus éloignées, nous avons trouvé l'”Auberge Grüner Baum” à Raitenbuch, à 970 m d’altitude, au cœur de la Haute Forêt-Noire. La première visite a eu lieu le 30 octobre 2015. La maison a plu à tous par son espace, ses pièces bien entretenues et son environnement magnifique. Certains sont tombés littéralement ‘amoureux’ de la maison, tout comme les anciens habitués de l’hôtel.

Tilmann Unterschrift Kaufvertrag
Signature du contrat de vente

A partir de là, les choses ont évolué rapidement : Johann, qui a fait une retraite fermée de six mois à Hofsgrund après 7 ans de retraite en France, a reçu un fort intérêt avec l’Arbre Vert. Après qu’un expert financier et un expert en construction eurent donné leur feu vert et que la visite d’amis et d’un grand groupe de cours de mahamudra n’eut presque que des retours positifs, Tilmann lança un appel aux dons qui permit en deux semaines ( !) d’acheter la maison sans crédit bancaire. Lors de nombreuses réunions de planification, Tilmann, Johann et Sebastian ont travaillé sur le concept de la maison. En un rien de temps, Tilmann a fondé, avec l’aide de Peter, notre conseiller fiscal, la société à but non lucratif Ekayana gGmbH en tant que porteur juridique du projet et le contrat de vente a été signé le 15 décembre 2015 à Fribourg.

Tilmann a décidé d’emménager lui-même dans la maison. Dagmar, architecte, a commencé à soutenir l’équipe dans les questions de planification. Des contacts avec des experts ont été établis et les idées pour l’Arbre vert se sont lentement formées. Bettina, qui suivait une formation en “psychothérapie essentielle”, ainsi qu’Ulrich, après sept ans passés dans le centre de méditation “Inter-Sein” en Bavière, souhaitaient emménager dans la maison et assumer des tâches.

Schlüsselübergabe
Die Schlüsselübergabe

La remise festive des clés par les anciens propriétaires, le couple Meier, a eu lieu le soir du 30 avril et le lendemain, le 1er mai, nous avons commencé par une journée portes ouvertes solennelle, à laquelle 150 invités ont participé.

Le 2 mai, les vastes travaux de rénovation ont commencé, accompagnés pendant les 12 premiers jours par la transmission et la pratique intensive du guru-yoga de Milarepa. Les cinq mois suivants, de nombreux bénévoles ont donné un coup de main dans tous les domaines. Une équipe de professionnels s’est formée pour guider les volontaires. Entre-temps, des cours avec des transmissions ont été organisés pour relier les travaux au dharma et faire prendre conscience à tous de la valeur de ces travaux parfois pénibles. Il s’est avéré que les rénovations seraient bien plus importantes que prévu.

L’ambiance de ces mois était celle d’une communauté chaleureuse et cordiale, où nous nous soutenions solidairement dans les tâches et partagions avec enthousiasme notre intérêt pour le dharma. De plus en plus de pratiquants décidaient de séjourner plus longtemps à l’Arbre vert, si bien que nous commencions déjà la première retraite avec douze résidents permanents.

Le premier groupe de retraités

La première retraite à l’Arbre vert était placée sous le signe de l’arrivée du groupe, qui avait derrière lui plusieurs mois de travaux de rénovation et d’organisation.

Dans ce contexte, ces mois se sont déroulés dans une harmonie, une amitié et une joie surprenantes ! Plusieurs “sharing rounds” et les nombreuses possibilités d’échanges personnels ont fait naître des amitiés proches et ont donné la possibilité de pénétrer de plus en plus profondément ses propres niveaux émotionnels avec la conscience. Lors des méditations quotidiennes du soir, nous avons commencé à intégrer dans notre pratique des personnes décédées, malades ou en situation difficile dont nous avions entendu parler.

Au cours des cinq premières années, jusqu’en 2020, nous avons sacrifié les retraites d’été afin d’avoir une période de construction de cinq mois, de mi-avril à mi-septembre. Il y a de nombreuses exigences à respecter pour un bâtiment résidentiel semi-public de cette taille. Jusqu’à présent, les retraites affichent complet, souvent avec des listes d’attente. Nous allons réaliser le reste des travaux de rénovation en une seule fois. D’ici là, nous aurons proposé 18 retraites de trois mois. En attendant, nous profitons de cette maison inachevée et nous la laissons aussi tranquille que possible.